Alerte à la contrefaçon de médicaments

La contrefaçon est un problème mondial qui ne cesse d’augmenter, même si la menace est un peu moins forte sur les pays aux niveaux de contrôle très élevés. Les trafiquants sont à l’affût des moindres failles et le développement du commerce en ligne et de l’acheminement par voie postale leur a ouvert de nombreuses opportunités. (1)

 

Informer pour combattre la contrefaçon de médicaments

La contrefaçon est le fait de reproduire une œuvre sans l’accord de son inventeur. Elle a pour objectif de créer une confusion entre un original et une copie et d’en tirer profit. Lorsqu’il s’agit d’un médicament, l’impact n’est pas seulement économique, il touche à la vie. (1)

Le médicament représente un marché important. Pour le contrefacteur, le coût de fabrication est faible car, souvent, les produits de substitution utilisés sont de mauvaise qualité. La production ne nécessite pas de coûteuses usines, ni de logistique sophistiquée. Ils peuvent être produits en série dans des ateliers artisanaux, dans des garages, voire à l'ombre d'un arbre. Le respect des règles de qualité étant inexistant, les profits sont extrêmement élevés. (2)

Les principaux médicaments concernés sont les médicaments contre la dysfonction érectile, les stéroïdes, les produits dopants ou amincissants : des produits qui ne sont pas toujours remboursés et des acheteurs qui recherchent parfois la discrétion. (2)

Au mieux un médicament contrefait est inefficace, au pire il peut être mortel : (1)
   • Principe actif inexistant
   • Principe actif existant mais en quantité insuffisante
   • Principe actif en quantité trop importante
   • Substances de remplacement dangereuses (craie, plâtre, poussière de brique, produits d’entretien, produits insecticides ou pesticides...). (3)

Et, quoi qu’il en soit, il ne soigne pas correctement la personne malade qui a besoin d’un traitement. (1)

En France, le risque reste mesuré. Les médicaments prescrits sont la plupart du temps remboursés, ce qui incite moins à rechercher des médicaments à bas prix et les autorités de contrôle sont actives et efficaces, mais personne n’est à l’abri. (1)

Ce problème de santé publique nécessite l’implication de tous et une meilleure mise en garde des patients.(2)

Les signes qui doivent alerter sont : (2)
   • Une présentation différente du médicament habituel (nombre de comprimés, couleur, etc.)
   • Une notice ou un étui avec des fautes d’orthographe
   • Un étui qui présente des défauts de fermeture
   • Un hologramme absent ou anormal

Références :
1. IRACM. Le faux médicament kesako ? Livret d'information de la campagne de sensibilisation de juillet 2015.
2. LEEM. Contrefaçon de médicaments, une atteinte à la santé publique. Dossier de presse du 7 juin 2017
3. The Partnership for Safemedicines (23 mars 2012). Safemedicines teaches you 5 kinds of poisons found in counterfeit medicines. consulté sur https://www.safemedicines.org/(consulté le 02/08/2019)

 

Contenu fourni par Pfizer PFE France. Société par actions simplifiée au capital de 32.113.147 €. Siège social 23-25 avenue du Docteur Lannelongue - 75014 Paris.
807 902 770 RCS Paris. Réf PP-GEP-FRA-0887. Page mise à jour le 18/12/19