L’accès anonyme et gratuit des mineures à la contraception est un droit qui, bien qu’inscrit dans la loi, rencontre encore dans la réalité de nombreux obstacles pour être appliqué.(1)

Le concept de « décision médicale partagée » ou de « prise de décision partagée » décrit un processus au cours duquel une décision relative à la santé individuelle d’un patient doit être prise. (1)

La crise des contraceptifs oraux combinés (COC) de fin 2012 a médiatisé le risque accru de survenue de thrombose avec les pilules de 3ème et 4ème génération. Les actions et recommandations des autorités sanitaires qui en ont découlé ont entraîné une modification des comportements vis-à-vis de la contraception. (1)

Historique des faits : en 2012, la médiatisation d’un cas de thrombose et de ses séquelles durant plusieurs semaines révèle au grand public l’augmentation du risque de thrombose avec la prise de contraceptif oral et conduit au déremboursement des pilules de 3ème et 4ème génération et à des recommandations des autorités de santé. (1) 

Les troubles du cycle, méno/métrorragies et spotting sous contraceptifs sont relativement fréquents et dépendent du type de contraception utilisée. Ils constituent un facteur majeur de non-observance. (1)