Bilan Partagé de Médication, quels enjeux ? 

Les projections sur l’évolution démographique en France dans les futures années selon un scénario qui suppose que les tendances démographiques actuelles se maintiennent montrent une forte augmentation de la population et de la part des personnes âgées. Selon l’INSEE, en 2050, il est estimé que les personnes de plus de 60 ans représenteront plus d’un tiers de la population française.(1)

 

Les personnes âgées, une population à risque iatrogénique élevé

Les personnes âgées, souvent polypathologiques, sont plus enclines à la polyconsommation médicamenteuse. En 2013, il était estimé que seulement 12% des plus de 75 ans ne présentaient aucune maladie détectable et que 50% des personnes âgées consommaient régulièrement plus de sept médicaments différents.(2)

Nombre de pathologies pour les 75 ans ou plus par personne(2)

Par ailleurs, chez les personnes âgées, tandis des modifications physiologiques d’organes comme le foie et les reins peuvent perturber l’élimination des médicaments, le déclin des capacités cognitives rend plus difficile le suivi de traitements complexes. La diminution des fonctions physiologiques et cognitives combinée à la polymédication font donc des sujets âgés une population particulièrement exposée au risque iatrogénique.(3)

La iatrogénie médicamenteuse a un coût humain et économique très élevé chez le sujet âgé. Dans cette population, elle serait responsable de plus de 10% des hospitalisations, et de près de 20% chez les octogénaires.(4) De plus, 30 à 60% des évènement iatrogéniques seraient prévisibles et évitables puisqu’ils sont le plus souvent la conséquence d’une erreur thérapeutique (mauvaise indication, non-respect des contre-indications, posologie excessive ou traitement trop prolongé), d’une mauvaise observance du traitement ou d’une automédication inappropriée chez des patients polymédiqués, âgés et « fragiles ».(5)

L’engagement Viatris

Mieux prescrire chez le sujet âgé est ainsi devenu un enjeu de santé publique.(4) Depuis la loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, les pouvoirs publiques ont fait de la lutte contre la iatrogénie médicamenteuse une priorité, particulièrement à travers la Stratégie Nationale de Santé (2018-2022). 

« Dans les prochaines années, il sera donc nécessaire de […] lutter contre la polymédication et la iatrogénie, notamment chez la personne âgée ».

Extrait de la stratégie nationale de santé (2018-2022)


En tant qu’acteur de santé mondiale, Viatris soutient la stratégie nationale de santé en mettant à votre disposition le MOOC iatrogénie médicamenteuse ainsi que des outils dont l’objectif est de sensibiliser les professionnels de santé au risque de iatrogénie médicamenteuse chez les sujets âgés, aux moyens de le prévenir et le cas échéant de le gérer à toutes les étapes du parcours de soins.

Références 
1. INSEE. INSEE première n°1652, Juin 2017.
2. Calvet. L (DRESS). Dépenses de santé, hospitalisations et pathologies des personnes âgées de 75 ans ou plus, comptes nationaus de santé – édition 2012. 
3. LEEM. mobilisation inédite de plus d'1 million d'acteurs de santé pour promouvoir le "Bon usage" du médicament https://www.leem.org/sites/default/files/2018-04/DP-Collectif_0.pdf LEEM.
4. HAS (2005). Consommation médicamenteuse chez le sujet âgé. 
5. AFSSAPS (2005). Prévenir la iatrogénèse médicamenteuse chez le sujet âgé.